AVERROES
1126 -  1198


" la rencontre entre la culture arabe et européenne "

De Anima - Livre III.

Commentaire moyen sur le Traité de l'âme  d'Aristote.

Parchemin. Saragosse, 1402.



Biographie  -  La Postérité  -  Les Oeuvres principales      Home Page


 

   Biographie

Averroès naît à Cordoue en Espagne en 1126. Son père, cadi (juge) de la ville, lui apprend la jurisprudence et la théologie. Il étudie ensuite la physique, la médecine, l’astrologie, la philosophie et les mathématiques.

Averroès grandit et mûrit sous le nouveau régime almohade (1130 - 1269) qui, lors de son expansion géographique, s'était étendu en Andralousie vers 1150. Cette expansion géographique était accompagnée d'une profonde réforme religieuse, imposant, certes, le retour aux sources fondamentales du droit musulman, mais aussi acceptant la connaissance rationnelle du Créateur et de son unicité. Dans ce contexte, des intellectuels comme Averroès mais aussi Abubacer (Ibn Tufayl) vont ainsi pouvoir s'engager dans une réflexion véritablement philosophique.

Averroès a ainsi la possibilité de commenter la quasi-totalité de l'oeuvre d'Aristote, à l'époque pratiquement inconnue des chrétiens d'Occident. Il reste toujours proche du pouvoir almohade qui le nomme cadi. Son inflence en tant que magistrat lui permet de réformer l’administration de la justice et de devenir le protecteur des philosophes contre les religieux et les juristes traditionalistes.

Il partage sa vie entre Cordoue, Marrakech et Fès. Il rédige un traité de médecine(Colliget , en latin) et la renommée de ce dernier le fait devenir le médecin attitré de princes.

Entre 1188-1189, des nombreuse séditions éclatent dans le Maghreb central et commence la guerre sainte contre les chrétiens. A ces évènements suit un ensemble d'interdictions, telles que l'interdiction de la philosophie, des études, des livres et d'autres dans le domaine des moeurs et de la vie sociale. A partir de 1195, l'opposition à Averroès, déjà suspect comme philosophe, grandit et ternit son prestige de cadi . 

Sous la pressions des oulémas (docteur de la loi, ayant pour fonction d'expliquer le Coran, de présider aux exercices de la religion, de rendre la justice au peuple), l'émir Al-Mansûr sacrifie alors ses intellectuels. Averroès est contraint à l'exil en 1197 à Lucena, petite ville d'Andalousie où il y rexte un an et demi. Retourné au Maroc il ne sera pas rétabli dans ses fonctions. Il meurt à Marrakech en décembre 1198.

Suspecté d’hérésie, il n’aura pas de postérité en terre d’Islam. L’oeuvre d’Averroès n'aura pas un grand succès dans les pays islamistes; elle deviendra le pilier du renouveau intallectuel de l'Humanisme italien (XII s. - XIV s.)

La pensée d'Averroès aura une grande influence sur la philosophie scolastique néo-aristétotélicienne du Moyen Âge chrétien. Trois idées principale feront l'objet de nombreux débats :

- la distinction de l’essence de l’être et de l’existence;

- la séparation entre la foi et le savoir, qui seraient deux ordres de vérité distincts;

- l'idée d'un intellect commun à tous les hommes.


   Accueil